L’OBESITE INFANTILE

Un enfant doit bouger : à la crèche, à l’école, il doit etre stimulé mais aussi à la maison.


Il est nécessaire pour les enfants entre 1 et 5 ans de faire 3 heures d’activités physiques par jour.


C’est facile, marcher en rentrant de l’école, jouer au ballon, aller au parc…
En principe un enfant n’aime pas rester inactif si ce n’est devant la tv.


On sait que les enfants ne doivent pas rester devant les écrans et cette recommandation est aussi valable pour les enfants, qui doivent montrer le bon exemple.


En supprimant les écrans, on incite naturellement les enfants à se dépenser.
Le poids se joue aussi et surtout dans l’assiette, la 1ere chose est de faire 4 repas par jour sans grignotage.


La nourriture n’est pas un réconfort ni une récompense.


Ce n’est pas parce qu’un enfant pleure qu’il faut lui donner un gâteau, si l’enfant a besoin de réconfort, un bisou ou un câlin est bien plus important aux yeux de l’enfant.


Les repas doivent par ailleurs avoir lieu à heures fixes et surtout équilibrés.
L’équilibre c’est de manger de tout en quantité raisonnable, y compris des fruits et des légumes. Il faut aussi des protéines mais pas en excès, une fois par jour c’est suffisant. L’excès de protéines engendre le surpoids.


Les matières grasses quant à elles ne sont pas un ennemi, au contraire.
Les enfants  en ont besoin (toujours à condition qu’elles soient de bonne qualité et de préférences crues).


Quant au lait, pour le tout-petit jusqu’à  2 ans et demi, 3 ans on peut donner du lait de croissance car ces laitages sont enrichis en vitamines, acides gras, etc. qui sont bons pour l’enfant, ensuite on passe au lait de vache.


Pour faire passer le message, mieux vaut donner l’exemple.


On éteint la tv, la tablette, le smartphone, on sort au par cet on prévoit un bon diner en famille.

Pour éviter de faire des bambins des accros du sucre, il faut leur faire prendre de bonnes habitudes le plus tôt possible.
Au moment de la diversification alimentaire, vers l’âge de 4 mois et demi, il faut donner d’abord des légumes parce qu’ils aiment ce qu’ils ont gouté très tôt.


Pour les fruits sous forme de compote.
Et dès que l’enfant commence à tenir des choses dans les mains, on lui donne plutôt un quignon de pain qu’un gâteau à la fin du repas.
Il faut éviter de donner du sucré tout au long de la journée, c’est un précurseur du grignotage.


Je le répète, la nourriture n’est pas une récompense ni un moyen de faire taire un enfant, s’il pleure, un câlin vaut mieux qu’un biscuit.

 

Prévention 

ne pas trop cuisiner les matières grasses,
Attention crème fraiche et mayonnaise,
Eviter les plats cuisinés du commerce,
Limiter la charcuterie, les viennoiseries, les fritures,
Terminer le repas par un fruit,
Eviter les grignotages,
Limiter les boissons sucrées,
Equilibrer les repas à la maison pour contrebalancer les erreurs de l’extérieur,
Pas de sucreries à l’école,
Matériel sportif dans les classes,
Distribuer des fruits frais,
Supprimer les distributeurs de sodas,
Menus équilibrés à la cantine.

Lutter contre la sédentarité


Sport régulier,
Jouer dehors,
Se promener en famille,
Limiter tv et jeux vidéo.

Causes de l’obésité infantile


Hérédité, 
Alimentation,
La sédentarité.


Pour connaitre les besoins énergétiques de l’enfant


Consulter un médecin spécialisé.

Il faut déceler la situation d’obésité ou du surpoids, en comprendre les causes, connaitre les étapes à suivre pour aider l’enfant en surpoids.

Point de situation


En France : 1 enfant/5 est en surpoids, ce qui représente 1,7 millions et 3,5% en obésité (450.000 enfants).
En Europe : 1/3 pour les 6.9 ans en obésité.

Les risques de l’obésité infantile

 

Problèmes psychologiques,
Problèmes articulaires,
Déviation de la colonne vertébrale
Déviation du genou (tourné vers l’intérieur),
Asthme d’effort,
Apnée du sommeil.
 

Image - Obésité infantile, un. gros prob